Booster son énergie vitale !

Par Alice VIVIAN fondatrice de Mojom

Booster son énergie vitale en cette période est capitale ! Entre stress, manque de sommeil, surcharge de travail et distance, notre énergie s’épuise. Il faut apprendre non seulement à la préserver, cela veut dire éviter les « fuites énergétiques » mais aussi à l’activer. 

Alors comment faire pour booster notre énergie ?

Nous avons à notre disposition plusieurs sources d’énergie. Tout comme il est crucial de prendre soin et de gérer les ressources naturelles de notre planète, nous devons apprendre à prendre soin de nous et de nos énergies, pour optimiser leur puissance tout en préservant nos réserves sur le long terme. 


Votre objectif numéro 1 : préserver votre capital santé

Notre santé, notre capital le plus précieux.  Pour la préserver, il est important  d’avoir une bonne hygiène de vie, une alimentation saine, un rythme qui respecte nos besoins physiologiques et un bon moral. 


1. 1ère source d’énergie : le sommeil

C’est une des sources d’énergie les plus importantes pour préserver notre capital santé, un socle indispensable. Il permet de récupérer des efforts fournis dans la journée, de se recharger, de traiter l’information de la veille : il est comme un grand nettoyage et “reboot” du système.  Notre défi quotidien est donc de dormir suffisamment.  

Écoutez les premiers signes du sommeil, ne luttez pas ou ne repoussez pas l’heure du coucher si vos paupières se ferment ou les yeux piquent, même s’il est tôt : repos ! Votre corps sait ce dont il a besoin.


2. Accordez-vous des périodes de déconnexion

Chaque fois que nous nous déconnectons vraiment du travail, nous fermons les vannes et prenons soin de reconstituer notre tranquillité intérieure. Plus la déconnexion est totale, meilleure est le ressourcement. Plus la pause est longue, plus nous rechargeons les batteries de façon durable. 

Offrez-vous des moments de “work et digital detox”, où vous cessez de penser à votre activité professionnelle et résistez à la tentation de consulter vos mails. Offrez-vous de vraies coupures le week-end. Nos activités extraprofessionnelles nous permettent de « débrancher notre cerveau », et évitent les fuites inutiles et le gâchis d’énergie.


3. Limitez les excitants 

Le café, le thé ou friandises sucrées peuvent booster notre énergie momentanément. Cependant, il s’agit d’une énergie d’agrément, ou de compensation. Cela nous donne l’illusion de nous faire du bien et de nous réveiller sur le moment mais  les  effets se dissipent rapidement et nous sommes à nouveau fatigué avec la tentation d ‘en reprendre.  Ces boosters sont donc à consommer avec précaution : en nous procurant une énergie éphémère et factice, ils risquent de nous induire en erreur sur notre niveau de fatigue réel. Lorsque la surcharge de travail nous pousse à aller au-delà de nos limites, il est plus efficace d’accepter notre besoin de repos, de dire stop et de faire une pause.


4. Adaptez vos activités à vos rythmes chrono-biologiques

Notre métabolisme fonctionne selon des cycles, ce que l’on appelle notre  « horloge interne ». Un de ces cycle est le cycle circadien qui dure environ 24h. Ce cycle influence le rythme veille/sommeil, l’appétit, la libération d’hormones et de neurotransmetteurs mais aussi les capacités d’attention et de concentration et donc notre mémorisation. Nos pics de vigilance et donc de concentration sont à 19h et 11h.  

Réservez donc vos matinées avant 11h, quand votre cerveau est au maximum de sa capacité, pour travailler sur les dossiers de fond qui demandent réflexion et concentration. Exécutez des tâches moins cérébrales aux heures creuses. Planifiez des réunions de créativité pour votre pic d’efficacité de l’après-midi, vers 15h30.  Et accordez-vous un temps de récupération après le repas au moment de la digestion, en faisant une micro-sieste, une relaxation ou encore une méditation. Vous serez plus efficace l’après-midi !


5Stimulez vos émotions positives

Si les émotions négatives fatiguent, les émotions positives, au contraire, nous donnent de l’énergie. La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons agir sur nos émotions, en décidant :

–  de focaliser sur ce qui est positif en étant attentif à tout motif de satisfaction, en savourant chaque petit bonheur, en se remémorant le soir au coucher les bons moments de la journée. Il s’agit d’accorder plus d’attention à la partie ensoleillée de nos journées qu’aux zones d’ombre. 

–  en multipliant les occasions d’avoir des émotions positives : partager des moments de convivialité, expérimenter de nouvelles activités ou mener des projets avec des personnes qui vous ressourcent ou vous font rire.

–  en  orientant vos activités vers ce qui vous fait plaisir ou vous passionne. Alors, le travail lui-même devient source d’énergie. La joie de construire, de créer, d’œuvrer pour quelque chose qui a du sens pour nous, qui nous tient à cœur et qui nous porte. 

Car la meilleure façon de gagner en énergie est de trouver ce qui vous rend vraiment heureux, d’être en cohérence avec vos aspirations profondes, d’incarner votre raison d’être dans la plus grande authenticité et confiance. De trouver votre  alignement, votre  « mojom », votre magie intérieure.

SHEBAM ! POW ! BLOP ! WIZZ !



À LIRE ÉGALEMENT

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X